Chrétien de TROYES



Le Chevalier de la Charrette
ou...
Le Roman de Lancelot

      1 à 1000 4001 à 5000
1001 à 2000 5001 à 6000
2001 à 3000 6001 à 7000
3001 à 4000 7001 à 7134

 

 
Ancien français Français moderne
  1       Des que ma dame de Chanpaignee
  2       Vialt que romans a feire anpraigne,,
  3       Je l'anprendrai mout volentiers,,
  4       Come cil qui est suens antierss
  5       De quanqu'il puet el monde feire,,
  6       Sanz rien de losange avant treire..
  7       Mes tex s'an poïst antremetree
  8       Qui i volsist losenge metre,,
  9       Si deïst, et jel tesmoignasse,,
10       Que ce est la dame qui passee
11       Totes celes qui sont vivanz,,
12       Tant con les funs passe li vanzz
13       Qui vante en mai ou en avril..
14       Par foi, je ne sui mie cill
15       Qui vuelle losangier sa dame;;
16       Dirai je: «Tant com une jamee
17       Vaut de pelles et de sardines,,
18       Vaut la Contesse de reïnes» ??
19       Naie, je n'en dirai ja rien,,
20       S'est il voirs maleoit gré mien;;
21       Mes tant dirai je que mialz oevree
22       Ses comandemanz an cest oevree
23       Que sans ne painne que g'i mete..
24       Del CHEVALIER DE LA CHARRETEE
25       Comance Crestïens son livre;;
26       Matiere et san li done et livree
27       La Contesse, et il s'antremett
28       De panser, si que rien n'i mett
29       Fors sa painne et s'antancion..
30       Des or comance sa reison..
31          A un jor d'une Acenssionn
32       Fu venuz de vers Carlionn
33       Li rois Artus et tenu ott
34       Cort molt riche a Camaalot,,
35       Si riche com au jor estut..
36       Aprés mangier ne se remutt
37       Li rois d'antre ses conpaignons;;
38       Molt ot en la sale barons,,
39       Et s'i fu la reïne ensanble;;
40       Si ot avoec li, ce me sanble,,
41       Mainte bele dame cortoise,,
42       Bien parlant an lengue françoise;;
43       Et Kex qui ot servi as tabless
44       Manjoit avoec les conestables..
45       La ou Kex seoit au mangier,,
46       A tant ez vos un chevalierr
47       Qui vint a cort molt acesmez,,
48       De totes ses armes armez..
49       Li chevaliers a tel conroii
50       S'an vint jusque devant le roii
51       La ou antre ses barons sist,,
52       Nel salua pas, einz li dist::
53       «Rois Artus, j'ai en ma prisonn
54       De ta terre et de ta maisonn
55       Chevaliers, dames et puceles,,
56       Mes ne t'an di pas les noveless
57       Por ce que jes te vuelle randre;;
58       Einçois te voel dire et aprandree
59       Que tu n'as force ne avoirr
60       Par quoi tu les puisses ravoir;;
61       Et saches bien qu'ainsi morrass
62       Que ja aidier ne lor porras.»»
63       Li rois respont qu'il li estuett
64       Sofrir, s'amander ne le puet,,
65       Mes molt l'an poise duremant..
66       Lors fet li chevaliers sanblantt
67       Qu'aler s'an voelle, si s'an torne,,
68       Devant le roi plus ne sojorne,,
69       Et vient jusqu'a l'uis de la sale;;
70       Mes les degrez mie n'avale,,
71       Einçois s'areste et dit de la::
72       «Rois, s'a ta cort chevalier aa
73       Nes un an cui tu te fiassess
74       Que la reïne li osassess
75       Baillier por mener an ce boiss
76       Aprés moi, la ou je m'an vois,,
77       Par un covant l'i atandraii
78       Que les prisons toz te randraii
79       Qui sont an essil an ma terree
80       Se il la puet vers moi conquerree
81       Et tant face qu'il l'an ramaint.»»
82       Ce oïrent el palés maint,,
83       S'an fu la cort tote estormie..
84       La novele en a Kex oïe,,
85       Qui avoec les sergenz manjoit;;
86       Le mangier leit, si vient tot droitt
87       Au roi, si li comance a diree
88       Tot autresi come par ire::
89       «Rois, servi t'ai molt longuemantt
90       Par boene foi et lëaumant;;
91       Or praing congié si m'an iraii
92       Que ja mes ne te servirai;;
93       Je n'ai volenté ne talantt
94       De toi servir d'ore en avant.»»
95       Au roi poise de ce qu'il ot,,
96       Mes, quant respondre mialz li pot,,
97       Si li a dit eneslepas::
98       «Est ce a certes ou a gas ?»»
99       Et Kex respont: «Biax sire rois,,
100      Je n'ai or cure de gabois,,
101      Einz praing congié trestot a certes;;
102      Je ne vos quier autres dessertess
103      N'autre loier de mon servise;;
104      Ensi m'est or volantez prisee
105      Que je m'an aille sanz respit..
106      --Est ce par ire ou par despit,,
107      Fet li rois, qu'aler an volez ??
108      Seneschax, si con vos solez,,
109      Soiez a cort, et sachiez bienn
110      Que je n'ai en cest monde rienn
111      Que je por vostre remenancee
112      Ne vos doigne sanz demorance..
113      --Sire, fet Kex, ce n'a mestier;;
114      Ne prandroie pas un sestier,,
115      Chascun jor, d'or fin esmeré.»»
116      Ez vos le roi molt desperé;;
117      Si est a la reïne alez..
118      «Dame, fet il, vos ne savezz
119      Del seneschal que il me quiert ??
120      Congié demande et dit qu'il n'iertt
121      A ma cort plus, ne sai por coi..
122      Ce qu'il ne vialt feire por moii
123      Fera tost por vostre proiere;;
124      Alez a lui, ma dame chiere!!
125      Quant por moi remenoir ne daigne,,
126      Proiez li que por vos remaignee
127      Et einz l'an cheez vos as piez,,
128      Que ja mes ne seroie liezz
129      Se sa conpaignie perdoie.»»
130      Li rois la reïne i anvoiee
131      Au seneschal, et ele i va;;
132      Avoec les autres le trova,,
133      Et quant ele vint devant lui,,
134      Si li dit: «Kex, a grant enuii
135      Me vient, ce sachiez a estros,,
136      Ce qu'ai oï dire de vos..
137      L'an m'a conté, ce poise moi,,
138      Que partir vos volez del roi;;
139      Don vos vient, et de quel corage ??
140      Ne vos an tieng or mie a sagee
141      Ne por cortois, si con ge suel;;
142      Del remenoir proier vos vuel::
143      Kex, remenez, je vos an pri..
144      --Dame, fet il, vostre merci,,
145      Mes je ne remanroie mie.»»
146      Et la reïne encor l'an priee
147      Et tuit li chevalier a masse,,
148      Et Kex li dit qu'ele se lassee
149      De chose qui rien ne li valt..
150      Et la reïne de si hautt
151      Come ele estoit as piez li chiet..
152      Kex li prie qu'ele se liet,,
153      Mes ele dit que nel fera::
154      Ja mes ne s'an releveraa
155      Tant qu'il otroit sa volenté..
156      Lors li a Kex acreantéé
157      Qu'il remandra, mes que li roiss
158      Otroit ce qu'il voldra ainçois,,
159      Et ele meïsmes l'otroit..
160      «Kex, fet ele, que que ce soitt
161      Et je et il l'otroierons;;
162      Or an venez si li dironss
163      Que vos estes einsi remés.»»
164      Avoec la reïne an va Kes,,
165      Si sont devant le roi venu..
166      «Sire, je ai Keu retenu,,
167      Fet la reïne, a grant travail;;
168      Mes par un covant le vos baill
169      Que vos feroiz ce qu'il dira.»»
170      Li rois de joie an sopiraa
171      Et dit que son comandemantt
172      Fera, que que il li demant..
173      «Sire, fet il, ce sachiez donss
174      Que je voel, et quex est li donss
175      Don vos m'avez asseüré;;
176      Molt m'an tieng a boeneüréé
177      Quant je l'avrai, vostre merci::
178      Sire, ma dame que voicii
179      M'avez otroiee a baillier;;
180      S'irons aprés le chevalierr
181      Qui nos atant an la forest.»»
182      Au roi poise, et si l'an revest,,
183      Car einz de rien ne se desdist,,
184      Mes iriez et dolanz le fist,,
185      Si que bien parut a son volt;;
186      La reïne an repesa molt,,
187      Et tuit dïent par la meisonn
188      Qu'orguel, outrage et desreisonn
189      Avoit Kex demandee et quise..
190      Et li rois a par la main prisee
191      La reïne, et si li a dit::
192      «Dame, fet il, sanz contreditt
193      Estuet qu'avoec Keu en ailliez.»»
194      Et cil dit: «Or la me bailliez,,
195      Et si n'an dotez ja de rien,,
196      Car je la remenrai molt bienn
197      Tote heitiee et tote sainne.»»
198      Li rois li baille et cil l'an mainne..
199         Aprés ax deus s'an issent tuit;;
200      N'i a un seul cui molt n'ennuit..
201      Et sachiez que li seneschaxx
202      Fu toz armez et ses chevaxx
203      Fu enmi la cort amenez;;
204      Uns palefroiz estoit delez,,
205      Tex com a reïne covient..
206      La reïne au palefroi vient,,
207      Qui n'estoit braidis ne tiranz;;
208      Mate et dolante et sopiranz,,
209      Monte la reïne et si distt
210      An bas por ce qu'an ne l'oïst::
211      «Ha! ha! se vos ce seüssiez,,
212      Ja, ce croi, ne me leissessiezz
213      Sanz chalonge mener un pas!»»
214      Molt le cuida avoir dit bas,,
215      Mes li cuens Guinables l'oï,,
216      Qui au monter fu pres de li..
217      Au departir si grant duel firentt
218      Tuit cil et celes qui la virent,,
219      Con s'ele geüst morte en biere..
220      Ne cuident qu'el reveigne arrieree
221      Ja mes an trestot son aage..
222      Li seneschax par son outragee
223      L'an mainne la ou cil l'atant..
224      Mes a nelui n'an pese tantt
225      Que del sivre s'antremeïst,,
226      Tant que messire Gauvains distt
227      Au roi son oncle, en audïence::
228      «Sire, fet il, molt grant anfancee
229      Avez feite, et molt m'an mervoil;;
230      Mes se vos creez mon consoil,,
231      Tant com il sont ancor si press
232      Je et vos irïens apréss
233      Et cil qui i voldront venir..
234      Je ne m'an porroie tenirr
235      Qu'aprés n'alasse maintenant..
236      Ce ne seroit pas avenantt
237      Que nos aprés ax n'alessiens,,
238      Au moins tant que nos seüssienss
239      Que la reïne devandraa
240      Et comant Kex s'an contandra..
241      --Alons i, biax niés, fet li rois,,
242      Molt avez or dit que cortois..
243      Et des qu'anpris avez l'afeire,,
244      Comandez les chevax fors treiree
245      Et metre frains et anseler,,
246      Qu'il n'i ait mes que del monter.»»
247      Ja sont li cheval amenéé
248      Apareillié et anselé;;
249      Li rois monte toz primerains,,
250      Puis monta messire Gauvainss
251      Et tuit li autre qui ainz ainz;;
252      Chascuns an volt estre conpainz,,
253      Si va chascuns si con lui plot::
254      Armé furent, de tex i ot,,
255      S'an i ot sanz armes asez..
256      Messire Gauvains fu armez,,
257      Et si fist a deus escüierss
258      Mener an destre deus destriers..
259      Et einsi com il aprochoientt
260      Vers la forest, issir an voientt
261      Le cheval Keu, sel reconurentt
262      Et virent que les regnes furentt
263      Del frain ronpues anbedeus..
264      Li chevax venoit trestot seus,,
265      S'ot de sanc tainte l'estriviere,,
266      Et de la sele fu derrieree
267      Li arçons frez et peçoiez..
268      N'i a nul qui n'an soit iriez,,
269      Et li uns l'autre an cingne et bote..
270      Bien loing devant tote la rotee
271      Messire Gauvains chevalchoit;;
272      Ne tarda gaires quant il voitt
273      Venir un chevalier le pass
274      Sor un cheval duillant et lass
275      Et pantoisant et tressüé..
276      Li chevaliers a salüéé
277      Monseignor Gauvain primerains,,
278      Et puis lui messire Gauvains..
279      Et li chevaliers s'arestut,,
280      Qui monseignor Gauvain conut,,
281      Si dist: «Sire, don ne veezz
282      Con mes chevax est tressüezz
283      Et tex qu'il n'a mes nul mestier ??
284      Et je cuit que cist dui destrierr
285      Sont vostre, or si vos prieroie,,
286      Par covant que je vos randroiee
287      Le servise et le guerredon,,
288      Que vos, ou a prest ou a don,,
289      Le quel que soit me baillissiez.»»
290      Et cil li dit: «Or choississiezz
291      Des deus le quel que il vos plest.»»
292      Mes cil cui grant besoigne en estt
293      N'ala pas querant le meillor,,
294      Ne le plus bel, ne le graignor;;
295      Einz sailli molt tost sor celuii
296      Que il trova plus pres de lui,,
297      Si l'a maintenant eslessié;;
298      Et cil chiet morz qu'il a lessié,,
299      Car molt l'avoit le jor penéé
300      Et traveillié et sormené..
301      Li chevaliers sanz nul arestt
302      S'an vet poignant par la forest,,
303      Et messire Gauvains apréss
304      Lo siut et chace com angrés,,
305      Tant qu'il ot un tertre avalé..
306      Et quant il ot grant piece alé,,
307      Si retrova mort le destrierr
308      Qu'il ot doné au chevalier,,
309      Et vit molt grant defoleïzz
310      De chevax, et grant froisseïzz
311      D'escuz et de lances antor;;
312      Bien resanbla que grant estorr
313      De plusors chevaliers i ot;;
314      Se li pesa molt et desplott
315      Ce que il n'i avoit esté..
316      N'i a pas granmant aresté,,
317      Einz passe outre grant aleüree
318      Tant qu'il revit par aventuree
319      Le chevalier tot seul a pié,,
320      Tot armé, le hiaume lacié,,
321      L'escu au col, l'espee ceinte,,
322      Si ot une charrete atainte..
323         (De ce servoit charrete loress
324      Don li pilori servent ores,,
325      Et en chascune boene vile,,
326      Ou or en a plus de trois mile,,
327      N'en avoit a cel tans que une,,
328      Et cele estoit a ces comune,,
329      Ausi con li pilori sont,,
330      Qui traïson ou murtre font,,
331      Et a ces qui sont chanpcheü,,
332      Et as larrons qui ont eüü
333      Autrui avoir par larrecinn
334      Ou tolu par force an chemin::
335      Qui a forfet estoit repriss
336      S'estoit sor la charrete miss
337      Et menez par totes les rues;;
338      S'avoit puis totes lois perdues,,
339      Ne puis n'estoit a cort oïzz
340      Ne enorez ne conjoïz..
341      Por ce qu'a cel tens furent texx
342      Les charretes et si crüex,,
343      Fu premiers dit: «Quant tu verrass
344      Charrete et tu l'anconterras,,
345      Fei croiz sor toi et te sovaignee
346      De Deu, que max ne t'an avaigne.»))
347      Li chevaliers a pié, sanz lance,,
348      Aprés la charrete s'avancee
349      Et voit un nain sur les limons,,
350      Qui tenoit come charretonss
351      Une longue verge an sa main..
352      Et li chevaliers dit au nain::
353      «Nains, fet il, por Deu, car me dii
354      Se tu as veü par icii
355      Passer ma dame la reïne.»»
356      Li nains cuiverz de pute orinee
357      Ne l'an vost noveles conter,,
358      Einz li dist: «Se tu viax monterr
359      Sor la charrete que je main,,
360      Savoir porras jusqu'a demainn
361      Que la reïne est devenue.»»
362      Tantost a sa voie tenue,,
363      Qu'il ne l'atant ne pas ne ore..
364      Tant solemant deus pas demoree
365      Li chevaliers que il n'i monte..
366      Mar le fist et mar en ot hontee
367      Que maintenant sus ne sailli,,
368      Qu'il s'an tendra por mal bailli!!
369      Mes Reisons, qui d'Amors se part,,
370      Li dit que del monter se gart,,
371      Si le chastie et si l'anseignee
372      Que rien ne face ne n'anpreignee
373      Dont il ait honte ne reproche..
374      N'est pas el cuer, mes an la boche,,
375      Reisons qui ce dire li ose;;
376      Mes Amors est el cuer anclosee
377      Qui li comandë et semontt
378      Que tost an la charrete mont..
379      Amors le vialt et il i saut,,
380      Que de la honte ne li chautt
381      Puis qu'Amors le comande et vialt..
382      Et messire Gauvains s'aquialtt
383      Aprés la charrete poignant,,
384      Et quant il i trueve seantt
385      Le chevalier, si s'an mervoille;;
386      Puis dit au nain: «Car me consoillee
387      De la reïne, se tu sez.»»
388      Li nains dit: «Se tu tant te hezz
389      Con cist chevaliers qui ci siet,,
390      Monte avoec lui, se il te siet,,
391      Et je te manrai avoec li.»»
392      Quant messire Gauvains l'oï,,
393      Si le tint a molt grant foliee
394      Et dit qu'il n'i montera mie,,
395      Car trop vilain change feroitt
396      Se charrete a cheval chanjoit..
397      «Mes va quel part que tu voldrass
398      Et g'irai la ou tu iras.»»
399      A tant a la voie se metent..
400      Cil chevalche, cil dui charretent,,
401      Et ansanble une voie tindrent..
402      De bas vespre a un chastel vindrent,,
403      Et ce sachiez que li chastiaxx
404      Estoit molt riches et molt biax..
405      Tuit troi antrent par une porte..
406      Del chevalier, que cil aportee
407      Sor la charrete, se mervoillentt
408      Les genz, mes mie n'an consoillent,,
409      Einz le huient petit et grant,,
410      Et li veillart et li anfantt
411      Parmi les rues a grant hui;;
412      S'ot molt li chevaliers de luii
413      Vilenies et despit dire..
414      Tuit demandent: «A quel martiree
415      Sera cist chevaliers randuz ??
416      Iert il escorchiez ou panduz,,
417      Noiez ou ars an feu d'espines ??
418      Di, nains, di, tu qui le traïnes,,
419      A quel forfet fu il trovez ??
420      Est il de larrecin provez ??
421      Est il murtriers ou chanpcheüz ?»»
422      Et li nains s'est adés teüz,,
423      Qu'il ne respont ne un ne el..
424      Le chevalier mainne a l'ostel,,
425      Et Gauvains siut adés le nainn
426      Vers une tor qui tot a plainn
427      Par devers la vile seoit..
428      D'autre part praerie avoit,,
429      Et par delez estoit assisee
430      La torz sor une roche bise,,
431      Haute et tranchiee contre val..
432      Aprés la charrete a chevall
433      Entre Gauvains dedanz la tor..
434      An la sale ont de bel atorr
435      Une dameisele ancontree,,
436      N'avoit si bele an la contree;;
437      Et voient venir deus puceless
438      Avoeques li, gentes et beles..
439      Tot maintenant que eles virentt
440      Monseignor Gauvain, si li firentt
441      Grant joie, et si le salüerent;;
442      Et del chevalier demanderent::
443      «Nains, qu'a cist chevaliers mesfett
444      Que tu mainnes come contret ?»»
445      Cil ne lor an vialt reison rendre,,
446      Einz fet le chevalier descendree
447      De la charrete, si s'an va;;
448      Ne sorent ou il s'an ala..
449      Et messire Gauvains descent;;
450      A tant vienent vaslet avantt
451      Qui anbedeus les desarmerent..
452      Deus mantiax veirs, qu'il afublerent,,
453      Fist la dameisele aporter..
454      Quant il fu ore de soper,,
455      Li mangiers fu bien atornez..
456      La dameisele sist delezz
457      Monseignor Gauvain au mangier..
458      Por neant volsissent changierr
459      Lor ostel por querre meillor,,
460      Car molt lor i fist grant enorr
461      Et conpeignie boene et belee
462      Tote la nuit la dameisele..
463      Qant il orent assez veillié,,
464      Dui lit furent apareilliéé
465      Anmi la sale haut et lonc;;
466      Et s'en ot un autre selonc,,
467      Plus bel des autres et plus riche,,
468      Car, si con li contes afiche,,
469      Il i avoit tot le delitt
470      Qu'an seüst deviser an lit..
471      Quant del couchier fu tans et leus,,
472      La dameisele prist andeuss
473      Ses ostes qu'ele ot ostelez;;
474      Deus liz molt biax et lons et lezz
475      Lor mostre et dit: «A oés vos corss
476      Sont fet cist dui lit ça defors;;
477      Mes an celui qui est delaa
478      Ne gist qui desservi ne l'a;;
479      Ne fu pas fez cist a vostre ués.»»
480      Li chevaliers li respont lués,,
481      Cil qui sor la charrete vint,,
482      Qu'a desdaing et a despit tintt
483      La desfanse a la dameisele..
484      «Dites moi, fet il, la querelee
485      Por coi cist liz est an desfanse.»»
486      Cele respondi, pas ne panse,,
487      Qui en ere apansee bien::
488      «A vos, fet ele, ne taint rienn
489      Del demander ne de l'anquerre!!
490      Honiz est chevaliers an terree
491      Puis qu'il a esté an charrete,,
492      Si n'est pas droiz qu'il s'antremetee
493      De ce don vos m'avez requise,,
494      Entesmes ce que il i gise::
495      Qu'il le porroit tost conparer..
496      L'an ne l'a mie fet parerr
497      Si richemant por vos colchier..
498      Vos le conparrïez molt chierr
499      Se il vos venoit nes an pans..
500      --Ce verroiz vos, fet il, par tans..
501      --Jel verrai ? --Voire. --Or i parra..
502      --Je ne sai qui le conparra,,
503      Fet li chevaliers, par mon chief..
504      Cui qu'il enuit ne cui soit grief,,
505      An cestui lit voel ge jesirr
506      Et reposer tot a leisir.»»
507      Maintenant qu'il fu deschauciez,,
508      El lit qui fu lons et hauciezz
509      Plus des autres deus demie aunee
510      Se couche soz un samit jaune,,
511      Un covertor d'or estelé..
512      N'estoit mie de veir peléé
513      La forreüre, ainz ert de sables;;
514      Bien fust a oés un roi metabless
515      Li covertors qu'il ot sor lui;;
516      Li liz ne fu mie de glui,,
517      Ne de paille ne de viez nates..
518      A mie nuit, de vers les latess
519      Vint une lance come foudre,,
520      Le fer desoz, et cuida coudree
521      Le chevalier parmi les flanss
522      Au covertor et as dras blanss
523      Et au lit, la ou il gisoit..
524      En la lance un panon avoitt
525      Qui estoit toz de feu espris;;
526      El covertor est li feus priss
527      Et es dras et el lit a masse..
528      Et li fers de la lance passee
529      Au chevalier lez le costéé
530      Si qu'il li a del cuir ostéé
531      Un po, mes n'est mie bleciez..
532      Et li chevaliers s'est dreciez,,
533      S'estaint le feu et prant la lance,,
534      Enmi la sale la balance..
535      Ne por ce son lit ne guerpi;;
536      Einz se recoucha et dormii
537      Tot autresi seüremantt
538      Com il ot fet premieremant..
539      L'andemain par matin, au jor,,
540      La dameisele de la torr
541      Lor ot fet messe apareillier,,
542      Ses fist lever et esveillier..
543      Quant an lor ot messe chantee,,
544      As fenestres devers la preee
545      S'an vint li chevaliers pansis,,
546      Cil qui sor la charrete ot sis,,
547      Et esgardoit aval les prez..
548      A l'autre fenestre delezz
549      Estoit la pucele venue,,
550      Si l'i ot a consoil tenuee
551      Messire Gauvains an requoii
552      Une piece, ne sai de quoi;;
553      Ne sai don les paroles furent..
554      Mes tant sor la fenestre jurentt
555      Qu'aval les prez, lez la riviere,,
556      An virent porter une biere;;
557      S'avoit dedanz un chevalier,,
558      Et delez ot duel grant et fierr
559      Que trois dameiseles feisoient..
560      Aprés la biere venir voientt
561      Une rote, et devant venoitt
562      Uns granz chevaliers qui menoitt
563      Une bele dame a senestre..
564      Li chevaliers de la fenestree
565      Conut que c'estoit la reïne;;
566      De l'esgarder onques ne fine,,
567      Molt antentis, et molt li plot,,
568      Au plus longuemant que il pot..
569      Et quant plus ne la pot veoir,,
570      Si se vost jus lessier cheoirr
571      Et trebuchier aval son cors;;
572      Et ja estoit demis deforss
573      Quant messire Gauvains le vit;;
574      Sel trait arrieres, se li dit::
575      «Merci, sire, soiez an pes!!
576      Por Deu nel vos pansez ja mess
577      Que vos faciez tel desverie!!
578      A grant tort haez vostre vie..
579      --Mes a droit, fet la dameisele;;
580      Don n'iert seüe la novelee
581      Par tot de sa maleürté ??
582      Des qu'il a en charrete esté,,
583      Bien doit voloir qu'il fust ocis,,
584      Que mialz valdroit il morz que vis::
585      Sa vie est desormés honteusee
586      Et despite et maleüreuse.»»
587         A tant lor armes demanderentt
588      Li chevalier et si s'armerent..
589      Et lors corteisie et pröescee
590      Fist la dameisele et largesce,,
591      Que quant ele ot asez gabéé
592      Le chevalier et ranponé,,
593      Si li dona cheval et lancee
594      Par amor et par acordance..
595      Li chevalier congié ont priss
596      Come cortois et bien apriss
597      A la dameisele et si l'ontt
598      Salüee, puis si s'an vontt
599      Si con la route aler an virent;;
600      Mes si fors del chastel issirentt
601      C'onques nus nes i aparla..
602      Isnelemant s'an vont par laa
603      Ou la reïne orent veüe..
604      N'ont pas la rote aconseüe,,
605      Qu'il s'an aloient eslessié..
606      Des prez antrent an un plessiéé
607      Et truevent un chemin ferré;;
608      S'ont tant par la forest erréé
609      Qu'il pot estre prime de jor,,
610      Et lors ont en un quarreforr
611      Une dameisele trovee,,
612      Si l'ont anbedui salüee;;
613      Et chascuns li requiert et prie,,
614      S'ele le set, qu'ele lor diee
615      Ou la reïne an est menee..
616      Cele respont come seneee
617      Et dit: «Bien vos savroie metre,,
618      Tant me porrïez vos prometre,,
619      El droit chemin et an la voie,,
620      Et la terre vos nomeroiee
621      Et le chevalier qui l'en mainne;;
622      Mes molt i covendroit grant painne,,
623      Qui an la terre antrer voldroit!!
624      Einz qu'il i fust molt se doldroit.»»
625      Et messire Gauvains li dist::
626      «Dameisele, si Dex m'aïst,,
627      Je vos an promet a devisee
628      Que je mete an vostre servise,,
629      Quant vos pleira, tot mon pooir,,
630      Mes que vos m'an dites le voir.»»
631      Et cil qui fu sor la charretee
632      Ne dit pas que il l'an prometee
633      Tot son pooir, einçois afiche,,
634      Come cil cui Amors fet richee
635      Et puissant et hardi par tot,,
636      Que sanz arest et sanz redot,,
637      Quanqu'ele voldra li promett
638      Et tot an son voloir se met..
639      «Donc le vos dirai ge,» fet ele..
640      Lors lor conte la dameisele::
641      «Par foi, seignor, Meleaganz,,
642      Uns chevaliers molt forz et granz,,
643      Filz le roi de Gorre, l'a prise,,
644      Et si l'a el rëaume misee
645      Don nus estranges ne retorne,,
646      Mes par force el païs sejornee
647      An servitume et an essil.»»
648      Et lors li redemandent cil::
649      «Dameisele, ou est cele terre ??
650      Ou porrons nos la voie querre ?»»
651      Cele respont: «Bien le savroiz,,
652      Mes, ce sachiez, molt i avroizz
653      Anconbriers et felons trespas,,
654      Que de legier n'i antre an pas,,
655      Se par le congié le roi non::
656      Li rois Bademagus a non..
657      Si puet l'en antrer totevoiess
658      Par deus molt perilleuses voiess
659      Et par deus molt felons passages..
660      Li uns a non LI PONZ EVAGES,,
661      Por ce que soz eve est li ponzz
662      Et s'a de l'eve jusqu'au fonzz
663      Autant desoz come desus,,
664      Ne deça moins ne dela plus,,
665      Einz est li ponz tot droit en mi;;
666      Et si n'a que pié et demii
667      De lé et autretant d'espés..
668      Bien fet a refuser cist mes,,
669      Et s'est ce li moins perilleus;;
670      Mes il a assez antre deuss
671      Avantures don je me tes..
672      Li autres ponz est plus malvéss
673      Et est plus perilleus assezz
674      Qu'ainz par home ne fu passez,,
675      Qu'il est com espee tranchanz;;
676      Et por ce trestotes les genzz
677      L'apelent LE PONT DE L'ESPEE::
678      La verité vos ai conteee
679      De tant con dire vos an puis.»»
680      Et cil li redemandent puis::
681      «Dameisele, se vos daigniez,,
682      Ces deus voies nos anseigniez.»»
683      Et la dameisele respont::
684      «Vez ci la droite voie au Pontt
685      Desoz Eve, et cele delaa
686      Droit au Pont de l'Espee an va.»»
687      Et lors a dit li chevaliers,,
688      Cil qui ot esté charretiers::
689      «Sire, je vos part sanz rancune::
690      Prenez de ces deus voies l'une,,
691      Et l'autre quite me clamez;;
692      Prenez celi que mialz amez..
693      --Par foi, fet messire Gauvains,,
694      Molt est perilleus et grevainss
695      Li uns et li autres passages;;
696      Del prandre ne puis estre sages,,
697      Je ne sai preu le quel je praigne;;
698      Mes n'est pas droiz qu'an moi remaingnee
699      Quant parti m'an avez le geu::
700      Au Pont desoz Eve me veu..
701      --Donc est il droiz que je m'an voisee
702      Au Pont de l'Espee, sanz noise,,
703      Fet l'autres, et je m'i otroi.»»
704      A tant se departent tuit troi,,
705      S'a li uns l'autre comandéé
706      Molt deboneiremant a Dé..
707      Et, quant ele aler les an voit,,
708      Si dit: «Chascuns de vos me doitt
709      Un guerredon a mon gré randre,,
710      Quele ore que jel voldrai prandre;;
711      Gardez, ne l'oblïez vos mie..
712      --Nel ferons nos, voir, dolce amie,»»
713      Font li chevalier anbedui..
714         A tant s'an va chascuns par lui;;
715      Et cil de la charrete pansee
716      Con cil qui force ne desfansee
717      N'a vers Amors qui le justise;;
718      Et ses pansers est de tel guisee
719      Que lui meïsmes en oblie,,
720      Ne set s'il est, ou s'il n'est mie,,
721      Ne ne li manbre de son non,,
722      Ne set s'il est armez ou non,,
723      Ne set ou va, ne set don vient;;
724      De rien nule ne li sovientt
725      Fors d'une seule, et por celii
726      A mis les autres en obli;;
727      A cele seule panse tantt
728      Qu'il n'ot, ne voit, ne rien n'antant..
729      Et ses chevax molt tost l'en porte,,
730      Ne ne vet mie voie torte,,
731      Mes la meillor et la plus droite;;
732      Et tant par avanture esploitee
733      Qu'an une lande l'a porté..
734      An cele lande avoit un guéé
735      Et d'autre part armez estoitt
736      Uns chevaliers qui le gardoit;;
737      S'ert une dameisele o soii
738      Venue sur un palefroi..
739      Ja estoit pres de none basse,,
740      N'ancor ne se remuet ne lassee
741      Li chevaliers de son panser..
742      Li chevax voit et bel et clerr
743      Le gué, qui molt grant soif avoit;;
744      Vers l'eve cort quant il la voit..
745      Et cil qui fu de l'autre partt
746      S'escrie: «Chevaliers, ge gartt
747      Le gué, si le vos contredi.»»
748      Cil ne l'antant ne ne l'oï,,
749      Car ses pansers ne li leissa,,
750      Et totes voies s'esleissaa
751      Li chevax vers l'eve molt tost..
752      Cil li escrie que il l'ostt
753      Loing del gué, si fera que sages,,
754      Que la n'est mie li passages..
755      Et jure le cuer de son vantree
756      Qu'il le ferra, se il i antre..
757      Mes li chevaliers ne l'ot mie,,
758      Et cil tierce foiz li escrie::
759      «Chevaliers! n'antrez mie el guéé
760      Sor ma desfanse et sor mon gré,,
761      Que par mon chief je vos ferraii
762      Si tost come el gué vos verrai.»»
763      Cil panse tant qu'il ne l'ot pas,,
764      Et li chevax eneslepass
765      Saut an l'eve et del chanp se soivre,,
766      Par grant talant comance a boivre..
767      Et cil dit qu'il le conparra::
768      Ja li escuz ne l'an garraa
769      Ne li haubers qu'il a el dos..
770      Lors met le cheval es galos,,
771      Et des galoz el cors l'anbatt
772      Et fiert celui si qu'il l'abatt
773      Enmi le gué tot estandu,,
774      Que il li avoit desfandu;;
775      Si li cheï tot a un voll
776      La lance et li escuz del col..
777      Quant cil sant l'eve, si tressaut;;
778      Toz estormiz en estant saut,,
779      Ausi come cil qui s'esvoille,,
780      S'ot, et si voit, et se mervoillee
781      Qui puet estre qui l'a feru..
782      Lors a le chevalier veü;;
783      Si li cria: «Vasax, por coii
784      M'avez feru, dites le moi,,
785      Quant devant moi ne vos savoie,,
786      Ne rien mesfet ne vos avoie ??
787      --Par foi, si avïez, fet cil;;
788      Don ne m'eüstes vos molt vil,,
789      Quant je le gué vos contrediss
790      Trois foiees, et si vos diss
791      Au plus haut que je poi crïer ??
792      Bien vos oïstes desfïerr
793      Au moins, fet cil, deus foiz ou trois,,
794      Et si antrastes sor mon pois,,
795      Et bien dis que je vos ferroiee
796      Tantost qu'an l'eve vos verroie.»»
797      Li chevaliers respont adonques::
798      «Dahez ait qui vos oï onques,,
799      Ne vit onques mes, que je soie!!
800      Bien puet estre, mes je pansoie,,
801      Que le gué me contredeïstes;;
802      Bien sachiez que mar le feïstes,,
803      Se au frain a une des mainss
804      Vos pooie tenir au mains.»»
805      Et cil respont: «Qu'an avandroit ??
806      Tenir me porras or androitt
807      Au frain, se tu m'i oses prandre..
808      Je ne pris pas plain poing de cendree
809      Ta menace ne ton orguel.»»
810      Et cil respont: «Je mialz ne vuel::
811      Que qu'il an deüst avenir,,
812      Je t'i voldroie ja tenir.»»
813      Lors vient li chevaliers avantt
814      Enmi le gué, et cil le prantt
815      Par la resne a la main senestre,,
816      Et par la cuisse a la main destre;;
817      Sel sache et tire et si l'estraintt
818      Si duremant que cil se plaintt
819      Qu'il li sanble que tote forss
820      Li traie la cuisse del cors;;
821      Se li prie que il le lestt
822      Et dit: «Chevaliers, se toi plestt
823      A moi conbatre par igal,,
824      Pran ton escu et ton chevall
825      Et ta lance, si joste a moi.»»
826      Cil respont: «Nel ferai, par foi,,
827      Que je cuit que tu t'an fuiroiess
828      Tantost qu'eschapez me seroies.»»
829      Quant cil l'oï, s'en ot grant honte;;
830      Si li ra dit: «Chevaliers, montee
831      Sor ton cheval seüremant,,
832      Et je te creant lëaumantt
833      Que je ne ganchisse ne fuie..
834      Honte m'as dite, si m'enuie.»»
835      Et cil li respont autre foiz::
836      «Einz m'an iert plevie la foiz::
837      Si vuel que tu le me plevisses,,
838      Que tu ne fuies ne ganchisses,,
839      Et que tu ne me tocherass
840      Ne vers moi ne t'aprocherass
841      Tant que tu me voies monté;;
842      Si t'avrai fet molt grant bonté,,
843      Quant je te tieng, se ge te les.»»
844      Cil li plevist, qu'il n'an puet mes;;
845      Et quant il an ot la fiance,,
846      Si prant son escu et sa lancee
847      Qui par le gué flotant aloientt
848      Et totes voies s'avaloient,,
849      S'estoient ja molt loing aval;;
850      Puis revet prendre son cheval..
851      Quant il l'ot pris et montez fu,,
852      Par les enarmes prant l'escuu
853      Et met la lance sor lo fautre,,
854      Puis point li uns ancontre l'autree
855      Tant con cheval lor porent randre..
856      Et cil qui le gué dut desfandree
857      L'autre premieremant requiertt
858      Et si tres duremant le fiertt
859      Que sa lance a estros peçoie..
860      Et cil fiert lui si qu'il l'envoiee
861      El gué tot plat desoz le flot,,
862      Si que l'eve sor lui reclot..
863      Puis se trest arriers et descent,,
864      Car il an cuidoit bien tex centt
865      Devant lui mener et chacier..
866      Del fuerre treit le brant d'acierr
867      Et cil saut sus, si treit le suenn
868      Qu'il avoit flanbeant et buen;;
869      Si s'antrevienent cors a cors;;
870      Les escuz ou reluist li orss
871      Traient avant, et si s'an cuevrent;;
872      Les espees bien i aoevrent,,
873      Qu'eles ne finent ne reposent;;
874      Molt granz cos antredoner s'osentt
875      Tant que la bataille a ce montee
876      Qu'an son cuer en a molt grant hontee
877      Li chevaliers de la charrete,,
878      Et dit que mal randra la detee
879      De la voie qu'il a enprise,,
880      Quant il si longue piece a misee
881      A conquerre un seul chevalier..
882      S'il an trovast en un val hierr
883      Tex cent, ne croit il pas ne pansee
884      Qu'il eüssent vers lui desfanse,,
885      S'an est molt dolanz et iriezz
886      Qant il est ja si anpiriezz
887      Qu'il pert ses cos et le jor gaste..
888      Lors li cort sore et si le hastee
889      Tant que cil li ganchist et fuit;;
890      Le gué, mes que bien li enuit,,
891      Et le passage li otroie..
892      Et cil le chace tote voiee
893      Tant que il chiet a paumetons;;
894      Lors li vient sus li charretons,,
895      Si jure quanqu'il puet veoirr
896      Que mar le fist el gué cheoirr
897      Et son panser mar li toli..
898      La dameisele que o lii
899      Li chevaliers amenee ott
900      Les menaces antant et ot;;
901      S'a grant peor et se li priee
902      Que por li lest qu'il ne l'ocie;;
903      Et il dit que si fera voir,,
904      Ne puet por li merci avoirr
905      Que trop li a grant honte feite..
906      Lors li vient sus, l'espee treite;;
907      Et cil dit, qui fu esmaiez::
908      «Por Deu et por moi l'en aiezz
909      La merci que je vos demant.»»
910      Et cil respont: «Se Dex m'amant,,
911      Onques nus tant ne me mesfistt
912      Se por Deu merci me requist,,
913      Que por Deu, si com il est droiz,,
914      Merci n'an eüsse une foiz..
915      Et ausi avrai ge de toi,,
916      Car refuser ne la te doii
917      Des que demandee la m'as;;
918      Mes ençois me fiancerass
919      A tenir, la ou ge voldrai,,
920      Prison quant je t'an semondrai.»»
921      Cil li plevi, cui molt est grief..
922      La dameisele de rechieff
923      Dit: «Chevaliers, par ta franchise,,
924      Des que il t'a merci requisee
925      Et tu otroiee li as,,
926      Se onques prison deslias,,
927      Deslie moi cestui prison;;
928      Claimme moi quite sa prisonn
929      Par covant que quant leus seraa
930      Tel guerredon con toi pleiraa
931      T'an randrai selonc ma puissance.»»
932      Et lors i ot cil conuissancee
933      Par la parole qu'ele ot dite;;
934      Si li rant le prison tot quite..
935      Et cele en a honte et angoissee
936      Qu'ele cuida qu'il la conoisse;;
937         Car ele ne le volsist pas..
938      Et cil s'an part eneslepas;;
939      Et cil et cele le comandentt
940      A Deu et congié li demandent..
941      Il lor done, puis si s'an vaa
942      Tant que de bas vespre trovaa
943      Une dameisele venant,,
944      Molt tres bele et molt avenant,,
945      Bien acesmee et bien vestue..
946      La dameisele le saluee
947      Come sage et bien afeitiee,,
948      Et cil respont: «Sainne et heitiee,,
949      Dameisele, vos face Dex!»»
950      Puis li dit: «Sire, mes ostexx
951      Vos est ci pres apareilliezz
952      Se del prandre estes conseilliez;;
953      Mes par itel herbergeroizz
954      Que avoec moi vos coucheroiz,,
955      Einsi le vos ofre et presant.»»
956      Plusor sont qui de ce presantt
957      Li randissent .v.c. merciz,,
958      Et il en fu trestoz nerciz,,
959      Et li a respondu tot el::
960      «Dameisele, de vostre ostell
961      Vos merci ge, si l'ai molt chier,,
962      Mes, se vos pleisoit, del couchierr
963      Me soferroie je molt bien..
964      --Je n'an feroie autremant rien,,
965      Fet la pucele, par mes ialz.»»
966      Et cil, des que il ne puet mialz,,
967      L'otroie si com ele vialt;;
968      De l'otroier li cuers li dialt,,
969      Quant itant seulemant le blesce,,
970      Molt avra au couchier destresce;;
971      Molt i avra travail et painnee
972      La dameisele qui l'an mainne::
973      Espoir tant le puet ele amer,,
974      Ne l'en voldra quite clamer..
975      Puis qu'il li ot acreantéé
976      Son pleisir et sa volenté,,
977      Si l'en mainne jusqu'an un baile,,
978      N'avoit plus bel jusqu'an Thessaile,,
979      Qu'il estoit clos a la reondee
980      De haut mur et d'eve parfonde;;
981      Et la dedanz home n'avoitt
982      Fors celui qu'ele i amenoit..
983      Cele i ot fet por son repeiree
984      Asez de beles chanbres feire,,
985      Et sale molt grant et pleniere..
986      Chevauchant lez une rivieree
987      S'an vindrent jusqu'au herberjage,,
988      Et an lor ot por le passagee
989      Un pont torneïz avalé::
990      Par sor le pont sont anz alé..
991      S'ont trovee la sale overtee
992      Qui de tiules estoit coverte::
993      Par l'uis qu'il ont trové overtt
994      Antrent anz, et voient covertt
995      Un dois d'un tablier grant et lé;;
996      Et sus estoient aportéé
997      Li mes, et les chandoiles misess
998      Es chandeliers totes esprises,,
999      Et li henap d'argent doré,,
1000    Et dui pot, l'uns plains de moré,,
    1       Du moment que ma dame de Champagne
   2       Désire que j'entreprenne un récit en français,
   3       Je l'entreprendrai très volontiers,
   4       Comme quelqu'un qui lui appartient entièrement,
   5       Prêt à lui obéir en toute chose,
   6       Sans recourir à la moindre flatterie.
   7       Mais tel ou tel pourrait à ma place
   8       Avoir recours à la flatterie:
   9       Il dirait--et j'en porterais témoignage--
  10      Que c'est la dame qui surpasse
  11      Toutes les autres en ce monde,
  12      Tout comme sur les effluves du sol l'emporte la brise,
  13      Qui souffle en mai ou en avril.
  14      Certes, je ne suis pas homme
  15      À vouloir flatter sa dame;
  16      Dirai-je: Telle une gemme
  17      Qui prévaut sur perles et sardoines,
  18      La Comtesse prévaut sur les reines ?
  19      Bien sûr, je ne dirai rien de pareil,
  20      Et pourtant c'est un fait que je ne saurais nier.
  21      Je dirai cependant qu'est plus efficace
  22      En mon entreprise son commandement
  23      Que mon intelligence et la peine que je me donne.
  24      Du CHEVALIER DE LA CHARRETTE
  25      Chrétien commence son livre;
  26      Matière et orientation lui sont fournies
  27      Par la Comtesse, et lui se met
  28      À l'oeuvre, en n'y contribuant rien
  29      Que son application et son effort intellectuel.
  30      Et voici qu'il commence sa narration.
  31      Un jour de l'Ascension
  32      Fut venu en provenance de Carlion
  33      Le roi Artur afin de rassembler
  34      Une cour plénière à Camaalot--
  35      Une cour digne d'un jour de grande fête.
  36      Après le repas le roi
  37      Ne délaissa point ses compagnons.
  38      La salle était remplie de barons,
  39      Et la reine était aussi de l'assemblée,
  40      Entourée, comme je crois,
  41      De mainte et mainte belle et courtoise dame
  42      Parlant fort bien le français.
  43      Et Keu qui avait servi les gens à table
  44      Mangeait avec les chambellans.
  45      Là précisément où il était attablé
  46      Parut un chevalier
  47      Très soigné dans sa mise, qui venait à la cour
  48      Armé de pied en cap.
  49      Le chevalier ainsi équipé
  50      S'en vint jusque devant le roi,
  51      Assis au milieu de ses barons.
  52      Sans le moindre salut il lui dit:
  53      Roi Artur, je tiens prisonniers,
  54      De tes terres et de ta maisonnée
  55      Chevaliers, dames et demoiselles.
  56      Mais je ne t'apporte pas de leurs nouvelles
  57      Dans l'intention de te les rendre.
  58      Au contraire, je veux te dire et t'apprendre
  59      Que tu n'as ni la force ni les moyens
  60      Pour les ravoir.
  61      Sache bien que tu mourras
  62      Avant de pouvoir jamais leur apporter de l'aide.
  63      Le roi répond que force lui est
  64      De s'incliner s'il ne peut pas amender la situation,
  65      Mais son chagrin lui pèse bien fort.
  66      Àlors le chevalier agit comme s'il voulait
  67      S'en aller: il fait demi-tour;
  68      En s'éloignant du roi,
  69      Il gagne la porte de la salle,
  70      Mais il ne descend point les marches;
  71      Il s'arrête d'abord et, de là, il proclame:
  72      Roi, si à ta cour il se trouve un chevalier
  73      À qui tu accordes la confiance nécessaire
  74      Afin de lui assigner la mission
  75      De conduire la reine, en me suivant, dans ce bois
  76      Où je me dirige,
  77      J'accepterai de l'y attendre.
  78      Je te rendrai tous les prisonniers
  79      Qui sont exilés dans mes terres
  80      Si ce chevalier parvient à me vaincre
  81      Et à ramener la reine ici.
  82      Un grand nombre des gens du palais entendirent ces paroles,
  83      Et la cour s'en trouva toute ébranlée.
  84      Keu a eu vent de la nouvelle
  85      Alors qu'il mangeait avec les serveurs;
  86      Il cesse de manger et s'en vient tout droit
  87      Au roi, et il commence à lui parler
  88      En homme parfaitement indigné:
  89      Roi, je t'ai longuement servi
  90      De bonne foi et avec loyauté;
  91      À présent je prends congé de toi et m'en irai
  92      De sorte que jamais plus je ne te servirai.
  93      Je n'ai ni volonté ni désir
  94      De te servir désormais.
  95      Le roi s'afflige de ce qu'il entend,
  96      Mais dès qu'il se trouve en mesure de répondre dignement,
  97      Il lui demanda sans la moindre hésitation:
  98      Parlez-vous sérieusement ou plaisantez-vous ?
  99      Et Keu d'enchaîner: Beau sire roi,
100      La plaisanterie ne m'intéresse guère en ce moment;
101      J'ai bien la ferme intention de vous quitter.
102      Je ne cherche à recevoir de vous aucune récompense
103      Ni pour mes années de service, nulle indemnité;
104      Ma décision est sans appel:
105      Je pars sans plus tarder.
106      --Est-ce colère ou dépit, fait le roi,
107      Qui vous pousse à partir ?
108      Sénéchal, c'est ici votre place,
109      Restez donc à la cour, et sachez bien
110      Qu'en ce monde, je n'ai rien
111      Qu'afin de vous garder ici,
112      Je ne vous donne aussitôt.
113      --Sire, fait Keu, c'est inutile;
114      Je n'accepterais point même de me voir offrir chaque jour
115      Le cadeau d'un setier rempli d'or fin.
116      Plein de désespoir,
117      Le roi s'est approché de la reine.
118      Dame, fait-il, vous ne savez pas
119      Ce que le sénéchal exige de moi ?
120      Il réclame son congé, et il dit qu'il ne fera plus partie
121      De ma cour--j'ignore pourquoi.
122      Ce qu'il se refuse à faire pour moi,
123      Il s'empressera de le faire pour vous si vous l'en priez.
124      Allez à lui, ma dame chère!
125      Puisqu'il ne daigne pour moi rester,
126      Suppliez-le de rester pour vous.
127      Et, au besoin, jetez-vous à ses pieds,
128      Car je n'éprouverais plus aucune joie
129      S'il m'arrivait de perdre sa compagnie.
130      Sur ce, le roi envoie la reine
131      Auprès du sénéchal, et elle accepte de s'y rendre.
132      Elle le retrouva au milieu des autres,
133      Et lorsqu'elle parvient à le joindre,
134      Elle lui dit: Un grand trouble
135      Me vient--n'en doutez point--
136      De ce que j'ai entendu dire de vous.
137      L'on m'a conté--c'est ce qui me désole--
138      Que vous voulez quitter le roi.
139      D'où vous vient cette intention, quel sentiment vous meut ?
140      Je ne vois plus en vous l'homme sage
141      Et courtois que j'y voyais autrefois;
142      Je veux vous prier de rester:
143      Keu, restez ici, je vous en prie.
144      --Dame, fait-il, de grâce!
145      Je ne demeurerai point.
146      Et la reine continue de le supplier,
147      Ainsi que tous les chevaliers ensemble,
148      Et Keu lui dit qu'elle se fatigue inutilement
149      À vouloir faire l'impossible.
150      Et de toute sa hauteur de reine,
151      Elle se laisse choir à ses pieds.
152      Keu la prie de se relever,
153      Mais elle refuse de le faire:
154      Plus jamais elle ne se relèvera
155      À moins qu'il ne lui octroie ce qu'elle veut.
156      Alors Keu lui a promis
157      De rester, à la condition que le roi
158      Lui accorde par avance ce qu'il lui demandera,
159      Et qu'elle-même en fasse autant.
160      Keu, fait-elle, n'importe quoi!
161      Moi et lui nous vous l'accorderons.
162      Venez donc, et nous lui dirons
163      Qu'ainsi vous acceptez de rester.
164      Keu accompagne la reine
165      Jusque devant le roi.
166      Sire, j'ai obtenu que Keu demeure auprès de nous,
167      Fait la reine, en me donnant bien du mal.
168      Je le remets entre vos mains, en stipulant toutefois
169      Que vous ferez ce qu'il dira.
170      Le roi pousse un soupir d'aise,
171      Et dit qu'il obéira à son commandement,
172      Quelle que soit la nature de celui-ci.
173      Sire, fait-il, apprenez donc
174      Ce que je désire, et quel don
175      Vous m'avez promis.
176      Je me tiendrai pour l'homme le plus fortuné
177      Quand je le recevrai par votre grâce:
178      Sire, ma dame, la reine, ici présente,
179      Vous l'avez confiée à ma protection;
180      Nous irons à la rencontre
181      Du chevalier qui nous attend dans la forêt.
182      Ces mots désolent le roi, néanmoins il le revêt
183      De la mission, car jamais il ne manqua à sa parole,
184      Mais il le fit dans la tristesse et à contrecoeur,
185      Si bien qu'il y parut à sa mine.
186      Le deuil de la reine fut grand lui aussi,
187      Et la cour toute entière affirmait
188      Qu'orgueil, outrecuidance et déraison
189      Avaient inspiré la requête de Keu.
190      Le roi a pris la reine
191      Par la main, et lui a dit:
192      Dame, fait-il, il faut absolument
193      Que vous partiez avec Keu.
194      Et ce dernier de dire: Vite! confiez-la-moi,
195      Et n'ayez aucune crainte,
196      Car je la ramènerai en parfait état,
197      Toute saine et sauve.
198      Le roi la lui confie, et il l'emmène.
199      Derrière le couple, tous quittent le palais,
200      Chacun, sans exception, ressentant la plus vive inquiétude.
201      Et sachez que l'on arma le sénéchal
202      Et que son cheval
203      Fut amené au milieu de la cour;
204      Un palefroi se tenait à ses côtés--
205      Digne monture de reine!
206      La reine s'approche du palefroi
207      Qui n'était ni ombrageux ni tirant sur la bride.
208      Abattue, triste et en poussant bien des soupirs,
209      La reine monte en selle et dit
210      Tout bas afin que personne ne l'entendît:
211      Ha! ha! si vous saviez ce qui se passe ici,
212      Je ne crois pas que vous me laisseriez,
213      Sans vous y opposer, emmener d'un seul pas!
214      Elle crut avoir parlé tout doucement
215      Mais le conte Guinable l'entendit,
216      Qui se trouvait à ses côtés lorsqu'elle montait en selle.
217      À son départ, les plaintes
218      De ceux et de celles qui la voyaient partir furent
219      Comme si elle était morte et mise en bière.
220      Ils ne pensent pas qu'elle revienne parmi eux
221      Jamais, de toute sa vie.
222      Ce fut par son outrance habituelle que le sénéchal
223      L'emmène là où l'autre l'attend.
224      Mais nul ne s'en afflige au point
225      Qu'il accepte de suivre le couple;
226      Enfin, messire Gauvain dit
227      Au roi son oncle, en confidence:
228      Sire, fait-il, ce que vous avez fait
229      Est bien puéril, et j'en demeure stupéfait;
230      Mais si vous admettiez le bien-fondé de mon conseil,
231      Pendant qu'ils sont encore tout près,
232      Vous et moi pourrions nous mettre à leur poursuite,
233      Avec ceux qui voudront bien nous accompagner.
234      Quant à moi, je ne saurais me retenir
235      De me mettre en chemin dès maintenant.
236      Il ne serait point convenable
237      De refuser de courir après eux,
238      Au moins jusqu'à ce que nous sachions
239      Ce qu'il adviendra de la reine
240      Et comment Keu se conduira.
241      --Allons-y, beau neveu, fait le roi,
242      Vous venez de parler en homme bien courtois.
243      Et puisque vous avez saisi l'initiative,
244      Commandez donc qu'on fasse sortir les chevaux,
245      Et qu'on leur mette freins et selles,
246      De sorte qu'il ne nous reste qu'à monter.
247      Les chevaux sont vite amenés,
248      Harnachés et sellés;
249      Le roi monte tout premier,
250      Alors monta messire Gauvain,
251      Ensuite tous les autres à qui mieux mieux;
252      Chacun voulut être de la partie,
253      Mais en y allant à sa guise:
254      Certains portaient leur armure,
255      Beaucoup d'autres n'en portaient point.
256      Messire Gauvain portait la sienne,
257      Et il fait par deux écuyers
258      Mener à sa droite deux destriers.
259      Et comme ils approchaient
260      De la forêt, ils voient en sortir
261      Le cheval de Keu, qu'ils reconnurent
262      Et dont ils virent que les rênes
263      Avaient été toutes deux rompues de la bride.
264      Le cheval venait tout seul,
265      L'étrivière tâchée de sang,
266      Et de la selle l'arçon de derrière
267      Était brisé et mis en pièces.
268      Nul spectateur n'échappe à la tristesse,
269      Et l'on échange des clins d'il, des coups de coude.
270      Bien loin, devant toute la compagnie,
271      Messire Gauvain chevauchait;
272      Il ne tarda guère à voir
273      Venir un Chevalier au pas
274      Sur un cheval souffrant et fatigué,
275      Pantelant et baigné de sueur.
276      Le Chevalier a salué
277      Messire Gauvain le premier,
278      Et ensuite messire Gauvain lui a rendu son salut.
279      Et le Chevalier s'arrêta--
280      Il reconnut messire Gauvain,
281      Et lui dit: Sire, ne voyez-vous donc pas
282      Que mon cheval est tout trempé de sueur,
283      De sorte qu'il ne vaut plus rien ?
284      Et je crois que ces deux destriers
285      Sont à vous; pourrais-je alors vous prier,
286      En promettant toutefois que je vous rendrais
287      Le service et une juste récompense,
288      De me prêter ou de m'offrir en cadeau
289      L'un d'eux, n'importe lequel ?
290      Et messire Gauvain lui répondit: Choisissez donc
291      Celui des deux qui vous plaît le plus.
292      Mais celui dont le besoin est grand
293      Ne s'attarda pas afin d'en sélectionner le meilleur,
294      Ni le plus beau ni le plus grand;
295      Il préféra bondir sur celui
296      Qu'il trouva le plus près de lui,
297      Et il l'a vite lancé en avant, à bride abattue;
298      Et l'autre, qu'il a laissé derrière lui, tombe raide mort,
299      Car il l'avait beaucoup fait souffrir ce jour-là,
300      Et se fatiguer et se surmener.
301      Sans jamais s'arrêter, le Chevalier
302      Éperonne sa monture à travers la forêt,
303      Et messire Gauvain, derrière lui,
304      Le suit, en lui donnant farouchement la chasse,
305      Jusqu'à ce qu'il eût descendu la pente d'une colline.
306      Lorsqu'il eut traversé beaucoup de terrain,
307      Il retrouva mort le destrier
308      Qu'il avait offert au Chevalier,
309      Et, autour, il vit le sol tout piétiné
310      Par des chevaux et couvert d'impressionnants débris
311      De boucliers et de lances;
312      En toute apparence, de féroces combats
313      Menés par de nombreux chevaliers s'y étaient déroulés;
314      Il était mécontent, et regretta
315      De ne pas y avoir participé lui-même.
316      Le lieu ne l'a guère longtemps retenu,
317      Il préfère pousser en avant, à vive allure.
318      Alors, par hasard, il revit
319      Le Chevalier, à pied, tout seul,
320      Tout vêtu de son armure, le heaume lacé,
321      L'écu pendu au col, l'épée ceinte,
322      Qui était arrivé devant une charrette.
323      (À l'époque, on utilisait les charrettes
324      Comme l'on use du pilori de nos jours,
325      Et dans chaque bonne ville
326      Où, à l'heure actuelle, l'on en trouve plus de trois mille,
327      Il n'y avait alors qu'une seule,
328      Et celle-ci était commune,
329      Comme le sont aujourd'hui les piloris,
330      Aux traîtres et aux assassins,
331      Aux vaincus des combats judiciaires
332      Et aux voleurs qui se sont emparés
333      Des biens d'autrui en volant furtivement
334      Ou par la force sur les grands chemins:
335      Tout repris de justice était mis
336      Dans la charrette
337      Et mené par toutes les rues;
338      Ainsi se trouvait-il désormais hors toute loi,
339      Et n'était plus écouté à la cour,
340      Ni honoré ni reçu avec dignité.
341      C'est parce qu'à cette époque-là on jugeait
342      De la sorte les charrettes, comme des choses cruelles,
343      Que l'on entendit dire alors pour la première fois:
344      Quant charrette verras et rencontreras,
345      Fais sur toi le signe de la croix et souviens-toi
346      De Dieu, pour que malheur ne t'arrive point.)
347      Le Chevalier, à pied et sans lance,
348      S'avance vers la charrette
349      Et voit sur les limons un nain
350      Qui, en bon charretier, tenait
351      Dans sa main une longue baguette.
352      Et le Chevalier dit au nain:
353      Nain, fait-il, pour Dieu, dis-moi tout de suite
354      Si tu as vu par ici
355      Passer ma dame la reine.
356      Le nain perfide et de vile extraction
357      Ne voulut point lui en conter des nouvelles,
358      Mais se contenta de dire: Si tu veux monter
359      Sur la charrette que je conduis,
360      D'ici demain tu pourras savoir
361      Ce qu'est devenue la reine.
362      Sur ce, il a maintenu sa marche en avant
363      Sans attendre l'autre l'espace d'un instant.
364      Le temps seulement de deux pas
365      Le Chevalier hésite à y monter.
366      Quel malheur qu'il ait hésité, qu'il eût honte de monter,
367      Et qu'il ne sautât sans tarder dans la charrette!
368      Cela lui causera des souffrances bien pénibles!
369      Mais Raison, qui s'oppose à Amour,
370      Lui dit de bien se garder de monter;
371      Elle l'exhorte et lui enjoint
372      De ne rien faire ni entreprendre
373      Qui puisse lui attirer honte ou reproche.
374      Ce n'est point dans le coeur mais plutôt sur les lèvres
375      Que réside Raison en osant lui dire pareille chose;
376      Mais Amour est dans le coeur enclos
377      Lorsqu'il lui ordonne et semonce
378      De monter sans délai dans la charrette.
379      Amour le veut, et le Chevalier y bondit,
380      Car la honte le laisse indifférent
381      Puisqu'Amour le commande et veut.
382      Et messire Gauvain se met à la poursuite
383      De la charrette en galopant,
384      Et lorsqu'il y trouve assis
385      Le Chevalier, il s'en étonne beaucoup;
386      Alors il dit au nain: Instruis-moi
387      Au sujet de la reine, si tu sais le faire.
388      Le nain dit: Si tu te détestes autant
389      Que ce Chevalier assis ici,
390      Monte avec lui, si cela te convient,
391      Et je t'emmènerai avec lui.
392      Quand messire Gauvain l'eut entendu,
393      Il jugea qu'accepter la proposition serait insensé
394      Et il dit qu'il n'y monterait point,
395      Qu'échanger son cheval contre la charrette
396      Serait un échange par trop infâme.
397      Mais où que tu veuilles aller
398      J'irai là où tu iras.
399      Si bien qu'ils se mettent tous les trois en route,
400      L'un d'eux à cheval, les deux autres sur la charrette,
401      Et ensemble ils gardèrent le même chemin.
402      À l'heure des vêpres, ils atteignirent un château,
403      Et sachez que ce château
404      Était fort puissant et beau.
405      Ils entrent tous les trois par une porte.
406      La vue du Chevalier que le nain transporte
407      Dans la charrette frappe les habitants d'étonnement,
408      Mais ils ne cherchent nullement à se renseigner davantage;
409      Tous se mettent à le conspuer,
410      Grands et petits, vieillards et enfants,
411      Par les rues, en poussant des huées;
412      Le Chevalier entendit ainsi dire
413      À son sujet de viles injures et des paroles de mépris.
414      Tous demandent: À quel martyre
415      Ce Chevalier sera-t-il condamné ?
416      Sera-t-il écorché vif ou pendu,
417      Noyé ou brûlé vif sur un bûcher d'épines ?
418      Dis-le-nous, nain, dis, toi qui le traînes ainsi,
419      De quel forfait fut-il trouvé coupable ?
420      L'a-t-on jugé pour vol ? Serait-ce un assassin
421      Ou est-il le vaincu d'un combat judiciaire ?
422      Et le nain garde un silence absolu,
423      En ne répondant ni une chose ni l'autre.
424      Il conduit le Chevalier là où il sera hébergé,
425      Et Gauvain suit de près le nain
426      Qui se dirige vers une tour, laquelle, de plain-pied
427      Avec la ville, se trouvait à la limite de celle-ci.
428      Au-delà il y avait des près,
429      Tandis qu'en face la tour s'élevait
430      Sur la cime d'un rocher gris,
431      Haut et taillé à pic.
432      Derrière la charrette, toujours à cheval,
433      Gauvain pénètre dans la tour.
434      Dans la salle, ils ont rencontré, élégamment mise,
435      Une demoiselle
436      Dont la beauté n'avait pas de rivale au pays;
437      Et ils voient s'approcher deux pucelles
438      Avec elle, gentes et belles.
439      Dès qu'elles virent
440      Messire Gauvain, elles lui firent
441      Un accueil joyeux et le saluèrent;
442      Et elles voulurent s'informer du Chevalier:
443      Nain, quel crime ce Chevalier a-t-il commis
444      Que tu conduis là comme s'il était impotent ?
445      Il ne veut leur offrir aucune explication,
446      Mais se contente de faire descendre le Chevalier
447      De la charrette, et puis s'en va;
448      On ne sut point où il alla.
449      Et messire Gauvain descend de son cheval;
450      Alors des valets se présentent
451      Afin d'ôter leur armure aux deux chevaliers.
452      Deux manteaux fourrés de petit-gris, qu'ils revêtirent,
453      Furent apportés sur l'ordre de la demoiselle.
454      Quant ce fut l'heure du souper,
455      Les mets furent joliment présentés.
456      La demoiselle prit place à côté
457      De messire Gauvain pendant le repas.
458      Pour rien au monde ils n'eussent voulu renoncer
459      À cette hospitalité pour en chercher une meilleure,
460      Car de grands honneurs,
461      Ainsi que compagnie bonne et belle, leur furent rendus
462      Au cours de toute la soirée par la demoiselle.
463      Quand enfin leur veille eut suffisamment duré,
464      On leur prépara deux lits
465      Hauts et longs, au milieu de la salle;
466      Un troisième se trouvait tout près,
467      Plus beau que les autres, et plus riche,
468      Car, comme le déclare le conte,
469      Il possédait tout le charme
470      Que l'on pût imaginer dans un lit.
471      Quand l'heure du coucher arriva,
472      La demoiselle prit par la main
473      Les deux hôtes qu'elle avait accepté d'héberger;
474      Elle leur montre les deux beaux lits longs et larges
475      Et dit: C'est pour votre confort et repos
476      Que sont dressés ces deux lits que voilà, là-bas,
477      Mais dans celui qui se trouve de ce côté-ci,
478      Seul se couche celui qui l'a mérité;
479      Il ne fut pas fait pour votre agrément.
480      Le Chevalier lui répond immédiatement--
481      Celui qui était arrivé sur la charrette--
482      Qu'il n'éprouvait que dédain et mépris
483      Pour l'interdiction prononcée par la demoiselle.
484      Dites-moi, fait-il, pour quelle raison
485      Ce lit nous est-il défendu ?
486      Elle répondit sans avoir à réfléchir,
487      Car elle avait déjà réfléchi à sa réponse:
488      Ce n'est point vous, fait-elle, qui êtes désigné pour poser
489      Des questions ou pour vous enquérir de ces choses!
490      Honni est le Chevalier sur toute la terre,
491      Dès qu'il a monté dans une charrette,
492      Et il n'est pas juste qu'il se mêle
493      De ce que vous venez de me réclamer,
494      Et, en particulier, qu'il revendique de coucher dans ce lit:
495      Il pourrait bien vite avoir à s'en repentir.
496      On ne l'a point fait orner
497      Aussi richement afin que vous y dormiez.
498      Votre témérité risque de vous coûter bien cher,
499      S'il vous arrivait seulement de nourrir pareille idée.
500      --Vous verrez cela, fait-il, en temps voulu.
501      --Je le verrai ?--À coup sûr.--Qu'on me le fasse voir!
502      --Je ne sais pas qui aura à payer l'écot,
503      Fait le Chevalier, par mon chef!
504      Qu'on s'en fâche ou qu'on s'en attriste,
505      Je compte me coucher dans ce lit-là
506      Et y prendre à loisir mon repos.
507      Dès qu'il eut enlevé ses chausses,
508      Dans le lit qui fut plus long et plus élevé
509      Que les deux autres d'une demi-aune,
510      Il s'étend sous une couverture
511      De brocart jaune étoilé d'or.
512      De petit-gris tout pelé n'était point faite
513      Sa doublure; elle était faite de zibeline.
514      Elle eût été parfaitement digne d'un roi,
515      La couverture sous laquelle il se mit;
516      Le lit ne fut point fait de chaume,
517      Ni de paille ni de vieilles nattes.
518      À minuit, des lattes du toit
519      Fondit, comme la foudre, une lance,
520      Le fer en avant, qui menaça de coudre
521      Les flancs du Chevalier,
522      À travers la couverture et les draps blancs,
523      Au lit, là où il était couché.
524      À la lance un pennon était fixé;
525      Il était tout enveloppé de flammes.
526      Le feu prit à la couverture,
527      Et aux draps et à l'ensemble du lit.
528      Et le fer de la lance effleure
529      Le Chevalier au côté
530      Si bien qu'il lui a un peu éraflé
531      La peau, mais sans le blesser vraiment.
532      Et le Chevalier s'est dressé,
533      Éteint le feu, saisit la lance
534      Et la jette au milieu de la salle.
535      Cela ne le fit pas quitter son lit;
536      Au contraire, il se recoucha et dormit
537      Avec le même sang-froid exactement
538      Qu'il avait montré la première fois.
539      Le lendemain, au lever du jour,
540      La demoiselle de la tour
541      Avait fait préparer pour eux la célébration de la messe,
542      Et elle les envoya réveiller et appeler.
543      Lorsqu'on leur eut chanté la messe,
544      Aux fenêtres qui donnaient sur la prairie
545      S'en vint le Chevalier pensif--
546      Celui qui s'était assis sur la charrette--
547      Et il regardait l'étendue des prés.
548      À la fenêtre voisine
549      Était venue la demoiselle,
550      Et là a pu avec elle s'entretenir
551      Messire Gauvain, dans un coin,
552      Pendant un certain temps, mais j'ignore de quoi;
553      Je ne sais pas ce dont ils parlèrent.
554      Mais ils y restèrent, penchés à la fenêtre,
555      Assez pour voir, à travers les prés, le long de la rivière,
556      Une civière que l'on emportait;
557      Un chevalier y gisait, et, à côté,
558      Il y eut des cris de deuil perçants et désespérés
559      Que poussaient trois demoiselles.
560      Derrière la civière ils voient venir
561      Une escorte à la tête de laquelle se tenait
562      Un chevalier de grande taille qui emmenait
563      À sa gauche une belle dame.
564      Le Chevalier à la fenêtre
565      Reconnut que c'était la reine;
566      Il ne cesse un instant de la suivre du regard,
567      Plongé dans la contemplation et dans le ravissement,
568      Aussi longtemps qu'il le put.
569      Et lorsqu'il ne put plus la voir,
570      Il voulut se laisser tomber
571      Et précipiter son corps dans l'abîme;
572      Déjà il était à mi-corps hors de la fenêtre
573      Quant messire Gauvain le vit;
574      Il le tire en arrière et il lui dit:
575      De grâce, sire, calmez-vous! Pour l'amour de Dieu,
576      Que plus jamais il ne vous revienne à l'esprit
577      De commettre pareille folie!
578      C'est bien à tort que vous haïssez votre vie.
579      --Non, fait la demoiselle, c'est au contraire à bon droit;
580      La nouvelle ne se serait-elle donc pas répandue
581      Partout de son forfait malheureux ?
582      Puisqu'il s'est mis dans une charrette,
583      Il doit forcément souhaiter de mourir;
584      Mort il vaudrait davantage que vivant:
585      Sa vie est vouée désormais à la honte,
586      Au mépris et au malheur.
587      Là-dessus les chevaliers demandèrent leurs armures,
588      Et ils s'en revêtirent.
589      Et alors fit un geste de courtoisie et de prouesse
590      La demoiselle, et de largesse,
591      Quand, au Chevalier qu'elle avait tant
592      Raillé et harcelé,
593      Elle offrit un cheval et une lance,
594      En témoignage de charité et de sympathie.
595      Les chevaliers ont pris congé
596      En hommes courtois et bien élevés
597      De la demoiselle, et l'ont
598      Saluée avant de s'engager
599      Dans la direction où ils virent passer le cortège;
600      Mais ils quittèrent le château de telle sorte
601      Que personne n'eut l'occasion de leur adresser la parole.
602      Bien vite ils s'en vont par là
603      Où ils avaient vu la reine.
604      Ils n'ont pas rejoint la petite troupe,
605      Car elle avançait à bride abattue.
606      Des prés, ils entrent dans un plessis
607      Où ils trouvent un chemin empierré;
608      Ils ont tant erré par la forêt
609      Qu'il pouvait bien être la première heure du jour,
610      Et alors, à un carrefour, ils ont
611      Trouvé une demoiselle,
612      Et l'ont tous les deux saluée;
613      Et chacun la supplie et la prie
614      De leur dire, si elle le sait,
615      Où l'on a emmené la reine.
616      Elle répond en personne sensée,
617      Et dit: Je saurais bien vous diriger--si toutefois
618      Vous vous engagez à me faire certaines promesses
619      Et à les tenir--vers le bon chemin et la bonne voie,
620      Et vous nommer sa destination
621      Et le chevalier qui l'emmène;
622      Mais un gros effort incomberait
623      À celui qui voudrait entrer dans cette terre!
624      Avant d'y parvenir, il souffrirait de cruelles épreuves.
625      Et messire Gauvain lui dit:
626      Demoiselle, avec l'aide de Dieu,
627      Je vous promets, sans réserve aucune,
628      De mettre à votre service,
629      Dès qu'il vous plaira, tout mon pouvoir,
630      Mais dites-moi la vérité de ce dont il s'agit.
631      Et celui qui dans la charrette fut
632      Ne dit pas qu'il lui promet d'agir
633      Selon toutes ses capacités; il annonce plutôt,
634      Comme celui qu'anoblit Amour
635      Ou rend puissant et hardi en tout lieu,
636      Que sans réserve et sans crainte
637      Il promet de faire tout ce qu'elle pourra désirer,
638      Et qu'il s'abandonne tout entier à sa volonté.
639      Je dirai donc ce que vous cherchez à savoir, fait-elle.
640      Ainsi la demoiselle leur conte-t-elle:
641      Par ma foi, seigneurs, Méléagant,
642      Un chevalier bien fort et grand,
643      Fils du roi de Gorre, l'a prise,
644      Et il l'a conduite au royaume
645      D'où nul étranger ne revient jamais;
646      Il est malgré lui contraint à rester dans ce pays,
647      Dans la servitude et dans l'exil.
648      Ils lui demandent alors:
649      Demoiselle, où est cette terre ?
650      Où pourrons-nous en chercher le chemin ?
651      Celle-ci répond: Vous le saurez bientôt,
652      Mais, sachez-le, l'accès que vous y aurez
653      Est bien difficile et terrifiant,
654      Car l'on n'y entre pas aisément
655      Si l'on ne possède pas l'autorisation du roi.
656      Celui-ci a pour nom le roi Bademagu.
657      On peut y accéder toutefois
658      Par deux voies également périlleuses
659      Et par deux passages également terrifiants.
660      L'un a pour nom le Pont dans l'Eau,
661      Parce que ce pont est submergé dans l'eau,
662      De sorte qu'il y a autant d'eau entre le fond
663      Et lui qu'entre lui et la surface,
664      Ni moins par ici ni plus par là:
665      Il est exactement au milieu;
666      Et il ne mesure qu'un pied et demi
667      De large et autant en épaisseur.
668      Il fait bien celui qui refuse de goûter à ce mets-là!
669      Et c'est bien lui le moins dangereux;
670      Mais entre ces deux-là il y a beaucoup
671      D'aventures que je passe sous silence.
672      L'autre pont est bien pire
673      Et, de loin, le plus dangereux,
674      Car il ne fut jamais franchi par aucun homme--
675      Il est tranchant comme une épée;
676      Et pour cela tous
677      L'appellent le Pont de l'Épée:
678      Je vous ai conté la vérité
679      Autant qu'il est en mon pouvoir de vous la dire.
680      Et ils lui demandent encore:
681      Demoiselle, daignez
682      Nous montrer ces deux chemins.
683      Et la demoiselle répond:
684      Voici le chemin qui mène droit au Pont
685      Dans l'Eau, et voilà celui qui va
686      Droit au Pont de l'Épée.
687      Et alors a dit le Chevalier--
688      Celui qui avait joué les charretiers:
689      Sire, je vous accorde sans ambages le choix;
690      Prenez-en un de ces deux chemins,
691      Et cédez-m'en l'autre sans conditions;
692      Prenez celui que vous préférez.
693      --Par ma foi, fait messire Gauvain,
694      Bien dangereux et pénibles
695      Sont à égalité les deux passages;
696      Un choix correct et sage ne m'est pas possible,
697      J'ignore lequel il me profitera le plus de prendre;
698      Mais il n'est pas juste que je demeure indécis
699      Quand vous m'avez proposé de choisir:
700      Je me consacre au Pont dans l'Eau.
701      --Il est donc juste que j'aille du côté
702      Du Pont de l'Épée, sans discussion,
703      Fait l'autre, et j'y consens volontiers.
704      Alors les trois prennent congé les uns des autres.
705      Et ils se sont recommandés mutuellement
706      Et de très bon coeur à Dieu.
707      Lorsqu'elle les voit s'en aller,
708      La demoiselle leur dit: Chacun de vous doit
709      M'octroyer une récompense selon mon goût,
710      Dès l'instant que je voudrai la prendre;
711      Attention! ne l'oubliez point!
712      --Non, douce amie, nous ne l'oublierons pas,
713      Font-ils tous les deux.
714      Chacun s'en va sur le chemin de son choix;
715      Et celui de la charrette reste plongé dans ses pensées
716      Tout comme une personne privée de force et de défense
717      Contre Amour qui le maintient sous sa juridiction;
718      Sa méditation est d'une intensité telle
719      Qu'il perd le sens de lui-même;
720      Il ne sait pas s'il existe ou s'il n'existe pas,
721      Il ne se rappelle pas son nom,
722      Il ne sait pas s'il est armé ou non,
723      Il ne sait pas où il va, ni d'où il vient;
724      Il ne se souvient de rien,
725      Hormis d'une seule chose, et, à cause d'elle,
726      Il a mis les autres choses en oubli;
727      Il pense tant à cette seule chose
728      Qu'il n'entend, ne voit ni ne comprend rien.
729      Et son cheval l'emporte à vive allure,
730      En n'empruntant jamais de faux chemin,
731      Mais toujours le meilleur et le plus direct;
732      Il s'empresse si habilement que par aventure,
733      Il l'a conduit dans une lande.
734      Dans cette lande, il y avait un gué
735      Sur l'autre rive duquel se trouvait, tout armé,
736      Un chevalier qui en assurait la garde;
737      Et celui-ci avait avec lui une demoiselle
738      Venue sur un palefroi.
739      Déjà l'heure de none avait sonné,
740      Pourtant, sans bouger et sans se lasser,
741      Le Chevalier reste enfermé dans sa méditation.
742      Le cheval voit la belle eau claire
743      Du gué--il avait très soif;
744      Il court à l'eau dès qu'il la voit.
745      Et celui qui fut sur l'autre bord
746      S'écrie: Chevalier, je garde
747      Le gué, et je vous en défends la traversée.
748      Ce dernier ne l'entend ni ne l'écouta,
749      Car son penser ne le lui permit pas;
750      Toutefois, avec ardeur,
751      Le cheval s'élança à toute vitesse vers l'eau.
752      L'autre lui crie de le détourner
753      Du gué, que ce sera prudent de sa part,
754      Car par là on ne trouve point de passage.
755      Et il jure sur le coeur qui bat dans sa poitrine
756      Qu'il le transpercera de sa lance s'il y met le pied.
757      Mais le Chevalier ne l'écoute point,
758      Et, pour la troisième fois, l'autre lui crie:
759      Chevalier, n'entrez point dans le gué
760      Contre mon interdiction et contre ma volonté,
761      Que par mon chef je vous transpercerai de ma lance
762      Aussitôt que je vous verrai entrer dans le gué.
763      Il pense toujours si fort qu'il ne l'entend pas,
764      Et soudain, le cheval
765      Saute dans l'eau, abandonnant le champ,
766      Et, en s'y adonnant à coeur joie, il commence à boire.
767      Et l'autre lui dit qu'il aura à le regretter:
768      Désormais aucun bouclier ne le protégera,
769      Ni le haubert qu'il a au dos.
770      Lors il met son cheval au galop
771      Et, le poussant au galop le plus fort,
772      Il frappe au point de l'abattre,
773      Tout plat au milieu du gué,
774      Celui à qui il l'avait défendu,
775      Si bien que, d'un seul mouvement, s'envolèrent
776      Sa lance et le bouclier qu'il avait au cou.
777      Quand ce dernier se sent tout trempé, il sursaute;
778      Tout effaré, il saute debout,
779      Exactement comme quelqu'un qui se réveille,
780      Et il entend, voit et, étonné, se demande
781      Qui pourrait bien être celui qui l'a frappé.
782      C'est alors qu'il a vu le chevalier;
783      Et il lui cria: Vassal, pourquoi
784      M'avez-vous frappé, dites-le-moi,
785      Alors que je ne vous savais pas devant moi,
786      Et que je ne vous avais fait rien de mal ?
787      --Par ma foi, si, fait l'autre, vous l'aviez bien fait;
788      Ne m'aviez-vous donc pas pris pour quelqu'un de méprisable
789      Lorsque je vous interdis la traversée du gué
790      À trois reprises, et vous l'annonçai
791      À grands cris, au plus fort que je pus ?
792      Vous m'entendîtes vous défier
793      Au moins, fait-il, deux fois ou trois,
794      Et pourtant vous y entrâtes contre mon gré;
795      Je vous dis bien que je vous frapperais
796      Aussitôt que je vous verrais dans l'eau.
797      Le Chevalier répond alors:
798      Maudit soit celui qui jamais vous entendit
799      Ou qui vous vit jamais, et que je le sois moi-même!
800      Il se peut bien que vous m'interdîtes le gué,
801      Mais j'étais plongé dans mes pensées;
802      Vous sauriez bien à quel point vous fîtes mal
803      Si seulement par le frein, d'une main,
804      Je pouvais vous tenir.
805      Et l'autre répond: Que se passerait-il donc ?
806      Tu pourras me tenir tout de suite
807      Par le frein si tu oses m'y prendre.
808      Je n'accorde pas la valeur d'une bonne poignée de cendre
809      À ta menace ou à ton orgueil.
810      Et il répond: Je ne cherche pas mieux:
811      Quoi qu'il en advienne,
812      Je voudrais déjà te tenir là où j'ai dit.
813      Le chevalier s'avance alors
814      Jusqu'au milieu du gué, et l'autre le saisit
815      Par la rêne de la main gauche,
816      Et de la main droite par la cuisse;
817      Il le tient, le tire et le serre
818      Tellement fort que l'autre se plaint
819      Qu'il lui semble effectivement
820      Qu'on lui arrache du corps la cuisse;
821      Et il le supplie de le laisser,
822      En disant: Chevalier, s'il te plaît
823      Que nous nous combattions d'égal à égal,
824      Prends ton bouclier et ton cheval
825      Et ta lance, et joute avec moi.
826      L'autre répond: Je ne le ferai point, par ma foi,
827      Car je pense que tu t'enfuiras
828      Aussitôt que je t'aurai relâché.
829      Quand il l'entendit, il en éprouva une grande honte,
830      Et il lui dit de nouveau: Chevalier, monte
831      Sur ton cheval sans inquiétude,
832      Et je te garantis fidèlement
833      Que je ne me sauverai ni ne m'enfuirai.
834      Tu m'as dit une chose honteuse, cela me contrarie.
835      Et celui-là lui répond une fois de plus:
836      Donne-moi d'abord l'assurance de ta bonne foi:
837      Je veux que tu me jures
838      Que tu ne t'enfuiras ni ne te sauveras,
839      Et que tu ne me toucheras pas
840      Ni que tu ne t'approcheras de moi
841      Avant de me voir à cheval;
842      J'aurai à ton égard fait preuve de grande bonté,
843      Vu que je te tiens en mon pouvoir, si je te relâche.
844      L'autre le lui jura, car il ne peut plus rien faire d'autre;
845      Et lorsqu'il reçut la garantie nécessaire,
846      Il prend son bouclier et sa lance
847      Qui flottaient au milieu du gué
848      En aval, au fil de l'eau,
849      Et se trouvaient déjà bien loin;
850      Puis il revient chercher son cheval.
851      Quant il l'eut pris et fut remonté en selle,
852      Il saisit le bouclier par les sangles
853      Et fixe la lance sur la matelassure de l'arçon,
854      Puis tous deux galopent l'un vers l'autre
855      Au plus fort qu'ils peuvent faire courir leurs chevaux.
856      Et celui qui dut défendre le gué
857      Attaque le premier son adversaire
858      Et le frappe si fort
859      Que sa lance d'un coup se met en pièces.
860      Et l'autre l'assène avec une telle violence qu'il l'envoie
861      Tout plat au fond du gué
862      Si bien que l'eau se referme sur lui.
863      Ensuite il recule et descend de cheval,
864      Car il se jugeait fort capable
865      De confronter et de chasser devant lui cent hommes de cette espèce.
866      Du fourreau il tire son épée d'acier,
867      Et l'autre, en bondissant sur ses pieds, tire la sienne
868      Qui resplendissait, qui était bonne;
869      Et ils s'en viennent au corps à corps;
870      Les écus qui reluisent d'or,
871      Ils les tendent devant eux, et ils s'en couvrent;
872      Ils font si bien travailler leurs épées
873      Que celles-ci ne s'arrêtent ni ne reposent jamais;
874      Ils osent se donner des coups terribles,
875      Au point même que la bataille, en durant aussi longtemps,
876      Fait naître un sentiment de honte très grande dans le coeur
877      Du Chevalier de la Charrette,
878      Et il dit qu'il risque de rembourser bien mal
879      La dette contractée lorsqu'il s'est engagé sur ce chemin,
880      Vu qu'il a mis si longtemps
881      Pour venir à bout d'un seul chevalier.
882      S'il eût trouvé encore hier, en quelque vallon,
883      Une centaine d'hommes pareils, il ne croit ni ne pense
884      Qu'ils eussent pu se défendre contre lui,
885      Et il se sent bien triste et irrité
886      En voyant sa valeur tellement diminuée
887      Qu'il perd ses coups et gaspille sa journée.
888      Alors, il fonce sur l'autre et le presse
889      Si fort que celui-ci lui abandonne la partie et s'enfuit;
890      Gué--chose qui le contrarie beaucoup--
891      Et passage, il les lui octroie.
892      Et ce dernier le pourchasse sans se désister
893      Jusqu'à ce qu'il tombe sur ses mains;
894      Alors, celui de la charrette le rattrape
895      Et jure par toutes les choses visibles
896      Qu'il avait très mal agi en le faisant tomber dans le gué,
897      Et en coupant court de la sorte à sa méditation.
898      La demoiselle qu'avec lui
899      Le chevalier avait amenée
900      Entend et écoute ces menaces;
901      Elle a très peur, et elle le supplie,
902      Par égard pour elle, de le libérer, de ne pas le tuer;
903      Et il dit que sans faute il le tuera,
904      Que, pour elle, il ne lui est pas possible d'avoir pitié
905      De quelqu'un qui lui a fait subir un affront aussi honteux.
906      Il avance donc jusqu'à lui, l'épée toute prête;
907      Et, épouvanté, l'autre dit:
908      Pour Dieu et pour moi, accordez-lui
909      La grâce qu'elle implore et que je vous demande moi aussi.
910      Et il répond: Que Dieu en soit témoin,
911      Jamais nul ne se comporta à mon égard si méchamment
912      Que, s'il invoquait Dieu en me demandant grâce,
913      Pour Dieu, et comme il est juste,
914      Je refusasse de la lui accorder une seule et unique fois.
915      J'aurais donc pitié aussi de toi,
916      Car je ne dois pas te la dénier,
917      Puisque tu me l'as demandée;
918      Mais c'est à la condition que tu t'engages,
919      Là où je voudrai, à te constituer
920      Prisonnier, quand je t'en donnerai l'ordre.
921      L'autre donna sa parole, son chagrin reste bien fort.
922      De nouveau la demoiselle
923      Dit: Chevalier noble et généreux,
924      Puisqu'il t'a demandé grâce
925      Et tu la lui as octroyée,
926      Si jamais prisonnier tu délivres,
927      Délivre-moi ce prisonnier-ci;
928      Laisse-le-moi franc de toute servitude de prison,
929      Et je te promets, en temps opportun,
930      Une récompense toute faite pour te plaire
931      Que je t'offrirai, dans la mesure de mes moyens.
932      Alors il la reconnut
933      Par les paroles qu'elle avait dites;
934      Et il lui remet, libéré, le prisonnier,
935      Et elle en éprouve honte et détresse,
936      Car elle pensa qu'il l'avait reconnue--
937      Chose qu'elle ne souhaitait point.
938      Et il les quitte sur-le-champ,
939      Et tous deux, ils le recommandent
940      À Dieu en lui demandant congé.
941      Il le leur donne, puis il s'en va
942      Jusqu'à l'heure des vêpres quand il rencontra
943      Une demoiselle qui venait vers lui,
944      Très belle et très charmante,
945      Fort élégante et bien mise.
946      La demoiselle le salue
947      Comme une personne bien rangée et bien élevée,
948      Et il répond: Que Dieu vous donne,
949      Demoiselle, santé et bonheur!
950      Puis elle lui dit: Sire, ma demeure,
951      Près d'ici, est apprêtée pour vous recevoir,
952      Si vous voulez bien en profiter;
953      Mais vous y hébergerez à condition
954      Seulement que vous vous couchiez avec moi;
955      Je vous l'offre et présente sous cette réserve.
956      Nombreux sont ceux qui, pour ce cadeau-là,
957      Lui eussent rendu cinq cents mercis,
958      Mais lui s'en affligea,
959      Et a vite fait de lui répondre:
960      Demoiselle, de votre hospitalité
961      Je vous remercie, car elle m'est précieuse,
962      Mais, s'il vous plaisait, quant au coucher,
963      Je m'en passerais fort bien.
964      --Dans ce cas, je ne ferai rien pour vous,
965      Fait la demoiselle, par mes yeux.
966      Et lui, voyant qu'il ne saurait obtenir mieux,
967      Lui octroie tout ce qu'elle veut;
968      De cet octroi il a le coeur désolé,
969      Mais alors qu'à présent cela le blesse seulement,
970      Au moment du coucher il éprouvera une accablante détresse;
971      Tourment et peine attendront
972      La demoiselle qui l'emmène:
973      Peut-être l'aime-t-elle tant
974      Qu'elle ne voudra point lui rendre sa liberté.
975      Vu qu'il lui eut accordé
976      Son plaisir et sa volonté,
977      Elle le conduit dans une enceinte fortifiée
978      Dont la beauté n'avait de rivale d'ici en Thessalie,
979      Car elle était complètement entourée
980      De murs élevés et d'eau bien profonde;
981      À l'intérieur, il n'y avait aucun homme
982      Hormis celui qu'elle y conduisait.
983      Elle y avait fait faire pour s'y loger
984      Bon nombre de belles chambres
985      Et une vaste et riche salle.
986      En chevauchant le long d'une rivière,
987      Ils parviennent à cette demeure,
988      Et afin de leur livrer passage, on avait
989      Abaissé un pont-levis:
990      Ayant franchi le pont, ils sont entrés à l'intérieur.
991      Ils ont bien trouvé la salle ouverte,
992      Sa toiture de tuiles couverte:
993      Par la porte qu'ils ont trouvée ouverte
994      Ils y pénètrent, et voient
995      Une table couverte d'une nappe longue et large;
996      Et l'on y avait apporté
997      Les mets, et disposé les chandelles
998      Toutes allumées dans leurs chandeliers,
999      Et des hanaps en argent doré,
1000    Et deux pots, l'un rempli de vin de mûre